Le haiku: bien plus qu’une simple poésie japonaise

Le haïku ou haiku ou haiki (variantes orthographiques), nom masculin – qui se prononce : haiku \aj.ku\. Désigne un poème court qui est né au Japon au XVIIème siècle.

À son origine c’est une forme poétique calligraphiée très codifiée. Le haïku a pour but de capturer le moment présent, de formuler l’éphémère, l’évanescence des choses. Beaucoup d'arts japonais font référence à cette notion de l'éphémère, de l'évanescence: parmi eux l'art de l'ikebena ou encore celui de l'arrangement de jardins japonais. 

Qui a inventé le haiku ?

Mais alors qui a créé le haiku ? La paternité de sa forme actuelle est attribuée au poète Bashō Mastuo (1644-1694).

Parmi les codes de ce poème il y a le fait qu’il doit comporter une notion de saison (le kigo) et d’une césure (le kireji). S’il ne comporte ni l’un ni l’autre alors il s’agit d’un Moki. Il se nommera encore Senryū s’il a une dimension humoristique ou satirique ou bien s’il a pour objet les faiblesses humaines et non la nature.

Le haïku a également pour vertu de favoriser le lien social, l’écoute et le dialogue et de véhiculer ainsi un esprit pacifique et bienveillant.

Parmi les auteurs nippons les plus célèbres on retrouve Bashō Mastuo (1644-1694) mais également Yosa Buson (1716-1783), Kobayashi Issa (1763-1828), Masaoka Shiki (1866-1909) ou encore Taneda Santoka (1882-1939).

Thelma Paris - haiku - poème japonais - Masaoka Shiki - lune et singe

Haiku de Masaoka Shiki 

En France, les premières études sur le haïku ont été réalisées par Paul-Louis Couchoud. A l’époque il parlait de haikai dont la sonorité lui semblait plus douce. Il publie en 1905 le premier recueil de haïku français : « Au fil de l’eau » avec deux autres mais écrivains : André Faure et Albert Poncin.

Comment écrire un haiku ?

Dans sa forme classique, en Occident, il suit le format de 3 lignes ou 3 vers - court / long/ court : 5/7/5 syllabes, soit 17 syllabes en tout. Il constitue un excellent exercice d’écrire. De cette contrainte née la créativité, l’innovation littéraire. Il existe différentes écoles de haïku qui sont les reflets de différentes tendances : le haïku zen, le haïku urbain ou encore le haïku engagé. Chacun pouvant ou non respecter la forme classique.

Pour écrire un haïku quelques conseils simples :

  • Observer la nature
  • Vous pouvez vous concentrez sur une saison
  • Choisir une personne ou un objet précis
  • S’inspirer de la lecture d’autres haïkus et aussi se concentrer sur une émotion vécue.

Parmi les auteurs contemporains de haiku: Marie Petit @ojardinsucre sur Instagram se prête à cet exercice et a, d'ailleurs récemment publié un recueil de ses poésies. 

Une autre de ses caractéristiques réside dans le fait qu’il peut comporter un – ou un ~ qui a pour but de marquer un silence lors de la lecture ce qui permet de souligner la tension entre une ligne et le reste du texte pour présenter deux images juxtaposées.

Thelma Paris - Haiku de Matsuo Basho - poème japonais

Ici peut remarquer ici la liaison entre les deux idées dans ce poème de Matsuo Basho. 

Haiku qui parle de la nature : la règle du Kigo

Parmi les règles de style attenantes à l’écriture du haïku il y a la nécessité de comporter un kigo (mot de saison), il s’agit d’une référence à la nature ou un mot clé concernant l’un des cinq saisons – le nouvel-an est considéré comme une saison à part entière dans la poésie haiku. Cette notion est souvent présente dans le premier vers. Il peut s’agir de nommer expressément la saison ou bien des expressions évocatrices. Cerisiers en fleurs pour parler du printemps, ou d'autres fleurs, ou bien parler de certains animaux pour parler de certaines saisons.

Thelma Paris - haiku de Mastuo Basho - fleurs et oiseau

Haiku de Masuo Basho, on peut deviner qu'il s'agit d'un haiku du fin de printemps début d'été. 

Pourquoi écrire un haiku ?

Ecrire un haiku peut-être perçu comme un exercice d’écriture littéraire et poétique. Mais cela serait le réduire. Il est également l’expression d’un ressenti, d’un sentiment et d’une envie de le partager ou bien de le retranscrire par écrit rien que pour soi. C’est un moyen de s’offrir un lieu à soi.

Comment lire un haiku ?

Le haijin, parfois également appelés « haïdjin » ou « haïkiste », la personne écrivant le haïku traduit dans son poème : une émotion, un sentiment passager. Le haïku est court et concis il ne se travaille pas. Le lecteur doit le lire en une seule respiration et de préférence à voix haute. Aussi, il est conseillé de le lire deux fois afin d’en saisir tout le sens et la subtilité. Ainsi, c’est au lecteur de s’en faire sa propre interprétation alors que le haïku ne doit pas décrire mais évoquer.

Petit conseil bien-être. Pour appréhender la lecture de haïkus comme pour s’offrir un moment pour soi vous pouvez prendre un temps, créer une ambiance réconfortante. Se servir une tasse de thé, se faire couler un bain, allumer un bâton d’encens.  

Comment illustrer un haiku ?

Quand on pense illustration japonaise on pense naturellement à l’estampe. Mais il existe d’autres formes d’expressions artistiques japonaises. Le haiga fait partie de ces formes. Il est né au XVIIème siècle au Japon en même temps que le haïku. Il répond à l’exigence de sobriété et permet de lier sur un support commun poésie et peinture. On peut parler d’une peinture picturale qui use de la calligraphie et qui recourt à l’encre, l’eau et pinceau.

Toutefois, il convient d’observer qu’un bon poème est un texte qui se suffit à lui-même.

Quelques autres exemples de haïku:  

Haiku avec oiseau :

Au printemps qui s'en va

Les oiseaux crient -

Les yeux des poissons en larmes.

Matsuo Bashō, (1644–1695)

Haiku avec papillon :

Le papillon voletant –

Je me sens moi-même

Une créature de poussière

Kobayashi Issa, (1763-1828)

Haiku avec lune :

Sur la montagne

La lune éclaire aussi -

Le voleur de fleurs.

Kobayashi Issa, (1763-1828)

Haiku avec pluie :

Sous la pluie d’été

Raccourcissent

Les pattes du héron.

Matsuo Bashō, (1644–1695)

Exemple de haïku engagé contre le racisme :

Tous différents sur terre

Noirs, jaunes ou blancs -

Nous sommes tous pareils